Ouagadougou fin de l’assaut, avec la mort de 4 djihadistes, 120 otages libérés et 23 personnes ont été tuées par les assaillants, selon un bilan partiel Reviewed by Momizat on . L'assaut donné par les forces de sécurité burkinabées et françaises contre l'hôtel Splendid de Ouagadougou a pris fin, samedi matin, avec la mort de quatre djih L'assaut donné par les forces de sécurité burkinabées et françaises contre l'hôtel Splendid de Ouagadougou a pris fin, samedi matin, avec la mort de quatre djih Rating: 0

Ouagadougou fin de l’assaut, avec la mort de 4 djihadistes, 120 otages libérés et 23 personnes ont été tuées par les assaillants, selon un bilan partiel

140724_3d0ak_carte-air-alger_sn635

L’assaut donné par les forces de sécurité burkinabées et françaises contre l’hôtel Splendid de Ouagadougou a pris fin, samedi matin, avec la mort de quatre djihadistes et la libération de plus de 120 otages. Au moins 23 personnes ont été tuées par les assaillants, selon un bilan partiel.

Les victimes tuées dans l’attaque sont de 18 nationalités différentes, confirme le ministre de la Sécurité, Simon Compaoré. Trois djihadistes ont péri dans l’assaut contre l’hôtel Splendid; le quatrième a été tué dans un hôtel voisin, le Yibi, où il s’était réfugié. Il s’agit de deux hommes et deux femmes.

Le ministre burkinabé des Communications, Remis Dandjinou, confirme pour sa part que tous les otages, dont un membre du gouvernement, se trouvent maintenant en sécurité.

Un journaliste de Reuters raconte avoir vu des hommes sortir de l’hôtel et tirer en l’air pour maintenir la foule à distance avant l’arrivée des forces de sécurité. L’échange de tirs a commencé peu après. Les agresseurs se sont ensuite retranchés à l’intérieur avec les otages.

Tout juste à côté, un café-restaurant fréquenté par une clientèle étrangère, le Cappuccino, a aussi été la cible des tireurs, selon un témoin rencontré sur place par l’AFP. C’est là qu’une dizaine de corps ont d’abord été retrouvés.

160115_3g6w2_hotel-splendid-ouagadougou_sn635

Atttaque revendiquée par l’AQMI

Le groupe de surveillance des groupes terroristes SITE intelligence affirme que l’attaque a été revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Selon SITE, AQMI a posté un message sur la messagerie Telegram, attribuant l’attaque au groupe islamiste Al-Mourabitoune, qui a récemment rejoint ses rangs.

L’ambassadeur de la France au Burkina Faso, Gilles Thibault, a fait mention d’une « attaque terroriste » dès les premières heures de l’attentat.

Le président français François Hollande a pour sa part dénoncé « l’odieuse et lâche attaque », alors que des forces françaises participaient à l’assaut final.

Des tirs nourris ont retenti pendant cinq minutes dans les étages supérieurs de l’hôtel, alors que des renforts de forces de l’ordre ont pu y pénétrer.

À Ottawa, le Centre de surveillance et d’intervention d’urgence de concert avec les agents consulaires présents à Ouagadougou tentent de déterminer si des citoyens canadiens sont touchés par les événements.160115_6x5oi_ouagadougou-splendid_sn635

Atttaque revendiquée par l’AQMI

Le groupe de surveillance des groupes terroristes SITE intelligence affirme que l’attaque a été revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Selon SITE, AQMI a posté un message sur la messagerie Telegram, attribuant l’attaque au groupe islamiste Al-Mourabitoune, qui a récemment rejoint ses rangs.

L’ambassadeur de la France au Burkina Faso, Gilles Thibault, a fait mention d’une « attaque terroriste » dès les premières heures de l’attentat.

Le président français François Hollande a pour sa part dénoncé « l’odieuse et lâche attaque », alors que des forces françaises participaient à l’assaut final.

Des tirs nourris ont retenti pendant cinq minutes dans les étages supérieurs de l’hôtel, alors que des renforts de forces de l’ordre ont pu y pénétrer.

À Ottawa, le Centre de surveillance et d’intervention d’urgence de concert avec les agents consulaires présents à Ouagadougou tentent de déterminer si des citoyens canadiens sont touchés par les événements.

Première attaque du genre à Ouagadougou 

Le 20 novembre dernier, l’hôtel Radisson à Bamako, capitale du Mali, pays voisin, a été la cible d’une attaque semblable, qui a fait 21 morts.

Le Burkina Faso a connu des moments troublés depuis le renversement, en octobre 2014, du président Blaise Compaoré à l’occasion d’un soulèvement populaire, mais, à la différence du Mali, le pays a été largement épargné par les violences islamistes jusqu’à maintenant.

Il est toutefois membre du « G5 Sahel », consacré notamment à la lutte antiterroriste et « point d’appui permanent » de l’opération française Barkhane.

Des forces spéciales françaises sont d’ailleurs stationnées en banlieue de Ouagadougou.

Laisser un commentaire

Copyright © conakryplanete.info - Tous droits réservés Site réalisé par l'agence de communication Web 4DAYS GROUP

Retour en haut de la page