La guerre de leadership ouverte au sein du principal parti d’opposition guinéenne Reviewed by Momizat on . La guerre de leadership ouverte au sein du principal parti d’opposition guinéenne, UFDG, est loin de s’estomper. Vu les derniers événements, tout porte à croire La guerre de leadership ouverte au sein du principal parti d’opposition guinéenne, UFDG, est loin de s’estomper. Vu les derniers événements, tout porte à croire Rating: 0

La guerre de leadership ouverte au sein du principal parti d’opposition guinéenne

cellou-bah-ouryLa guerre de leadership ouverte au sein du principal parti d’opposition guinéenne, UFDG, est loin de s’estomper. Vu les derniers événements, tout porte à croire que la bataille entre Cellou Dalein Diallo et Bah Oury, respectivement président et premier vice président-exclut- du parti, a encore de beaux jours devant elle. La forte mobilisation de militants et sympathisants du parti au domicile de Bah Oury, dimanche 6 février, en fait foi. Le n°2 du parti a mis cette rencontre à profit, pour se défouler à travers des crues qui risquent de faire mal à ses adversaires politiques. Voici un extrait de son discours prononcé devant des centaines de jeunes du parti venus lui apporter leur soutien à domicile privé de Lambanyi.
Si au niveau de l’UFDG aujourd’hui, certains que nous avons accueilli en oubliant qu’au moment où on luttait, ils étaient dans un gouvernement qui a été responsable de la destruction de Kaporo-rail, de la manipulation des élections communales de 2005 et pour lesquelles le pays a sombré dans une crise qui n’est pas encore résolue, nous avons commis une faute à cette époque (de 2007). En voulant bien faire, nous avons ressuscité la mal gouvernance, le système le plus honni qui a fait que la Guinée ait plongé aujourd’hui (…). A un moment donné, on a commis cette faiblesse. Et pourquoi l’avions nous commise ? Parce que, nous avons été prisonniers d’un environnement qui disait que les communautés sont divisées, il faut aussi la communauté peulh (…). C’est-à-dire, tout faire pour que, un des nôtres soit à la tête, sans chercher à savoir, est-ce que, ce gars représente les intérêts fondamentaux de ce que nous voulons pour la Guinée tout entière. Nous avons commis cette faiblesse et ça nous coûte très cher aujourd’hui (…). Et c’est la raison pour laquelle, lorsque ceux là disent qu’ils excluent tel ou tel, eux, ils ne font que suivre ce qu’ils avaient déjà l’habitude de faire. C’est nous, qui avions oublié qu’ils avaient l’habitude de faire cela. Mais cette fois-ci, on leur barrera la route. Et nous avons la chance, le pays est sorti d’une période où tout le monde était en sens dessus-dessous. Vous allez à N’Zérékoré, toutes les populations pensaient que leur meilleure façon de se défendre et préserver leurs intérêts, est d’avoir un de leur fils à la tête de ce pays. En Haute Guinée, la même chose ! En Basse Côte, la même chose ! En Moyenne Guinée, la même chose ! Mais cette expérience des cinq dernières années, a montré qu’aucune ethnie ne peut estimer gouverner (seule) ce pays et que ce pays puisse aller dans le bon sens pour l’intérêt de toute la Guinée. Cela a été démontré par la situation que nous sommes entrain de vivre. Donc, le temps est venu pour que les populations de la Guinée puissent se réconcilier sur des bases qui respectent les droits de chaque citoyen et chaque groupe linguistique, culturel et religieux de ce pays, sans discrimination (…). C’est pour vous dire, que ce que nous combattons aujourd’hui, est très important. C’est une nouvelle UFDG qui est entrain de naitre et de se transformer. Une UFDG qui va gagner et rassembler au-delà de ce que certains considèrent comme les limites de leur espace. Je ne cherche pas à gagner le Fouta, je cherche à gagner la Guinée. On ne peut pas compter sur des gens déjà imbriqués dans un carcan dictatorial (…). Ils chantent partout, Bah Oury est venu pour casser le Fouta ! Bah Oury est venu pour casser l’UFDG ! Ils font le tour (du Fouta) pour réunir, je ne sais, des karamokos (rires). Ils veulent prendre en otage tout une communauté et la fermer par rapport au reste des communautés nationales. Si on les suit, quelle sera la conséquence ? Il veulent transformer le Fouta en un ghetto politique et en ghetto linguistique qui ne pourra plus se développer et qui sera vu partout dans l’Afrique de l’ouest, comme une zone de turbulence, d’instabilité…Donc, ceux qui disent qu’ils aiment le Fouta plus que les autres, ils sont entrain de sacrifier le Fouta, ils sont entrain de mettre une corde sur un bœuf. Et comme, ils considèrent que tout le Fouta, ce n’est qu’un bœuf, qu’il faut amener à l’abattoir, on ne va pas les laisser faire (…). Nous devons travailler pour unir tous les guinéens. Parce que, dans les quartiers de Conakry, il n’y a pas de frontière entre le forestier, le sousou, le peulh et le malinké. Les gens vivent ensemble et ils ont la même culture. N’ayez aucune crainte, ils ont essayé le 5 février de tuer Bah Oury, mais ils oublient que Bah Oury maintenant, en cher et en os, c’est moi. Mais au-delà, il y a un esprit Bah Oury qui habite chacun d’entre vous… ».

kibanyiguinee.info

Laisser un commentaire

Copyright © conakryplanete.info - Tous droits réservés Site réalisé par l'agence de communication Web 4DAYS GROUP

Retour en haut de la page