« L’électorat a tiré les oreilles de l’AKP »

A Ankara, où M. Erdogan a fait ériger son palais, Mansur Yavas, le candidat de l’opposition – une coalition entre le Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate nationaliste) et le Bon Parti (droite nationaliste) – l’a emporté d’une courte tête (3,9 points) sur son rival de l’AKP, Mehmet Özhaseki.

Au départ, les chances de M. Yavas paraissaient plutôt minces. Les médias, contrôlés à 95 % par le pouvoir en place, ne lui ont jamais donné la parole. Ses affiches n’avaient pas droit de cité alors que les posters géants de Mehmet Özhaseki et de M. Erdogan s’étalaient à chaque coin du paysage urbain. Intarissables, les responsables de l’AKP s’étaient mis à décrire M. Yavas comme un vulgaire escroc et son parti comme un nid de terroristes.

La défaite sonne comme un avertissement. « L’électorat a tiré les oreilles de l’AKP », a résumé Meral Aksener, la chef de file du Bon Parti. Galvanisée par sa percée, l’opposition la voit comme le début de la fin pour M. Erdogan. « Le printemps est arrivé à Ankara, il ne va pas tarder à Istanbul », a prédit Kemal Kiliçdaroglu, le secrétaire général du CHP, rappelant que ces élections étaient « les plus antidémocratiques » qu’il ait jamais connues.