57 universités privées en grève: une affaire de gros sous ! Reviewed by Momizat on . De sources généralement bien informées, des Universités privées de la Guinée menacent d’observer une grève générale et illimité à partir du 30 janvier 2016. Ell De sources généralement bien informées, des Universités privées de la Guinée menacent d’observer une grève générale et illimité à partir du 30 janvier 2016. Ell Rating: 0

57 universités privées en grève: une affaire de gros sous !

Université_Kofi_AnnanDe sources généralement bien informées, des Universités privées de la Guinée menacent d’observer une grève générale et illimité à partir du 30 janvier 2016. Elles entendent protester ainsi contre  le non-paiement de la subvention que l’Etat devrait leur octroyer pour la formation des étudiants que l’Etat envoie dans les structures privées. La même source indique que depuis 2014,  l’Etat n’a pas honoré ses engagements envers ces Universités privées.

Officiellement, la Guinée a 57 universités privées et 19 universités publiques. C’est sans doute le record en Afrique. De nos investigations au Ministère de l’enseignement Supérieur et de la recherche scientifique, il ressort que la plus part de ces 57 universités privées sont  à Conakry, plus de 40 au total.

Mais qu’est ce qui est à l’origine du foisonnement des universités privées en Guinée ? Il ressort que ce n’est ni plus, ni moins que la course à l’enrichissement illicite sur le dos du contribuable guinéen.

Le système a été très bien réfléchie par les cadres du département en charge de  l’enseignement supérieur qui auraient  encouragé la création des universités privées et pour cause.

La formule trouvée est très simple. Les institutions d’enseignement supérieures du pays  ou qui appartiennent à l’Etat n’ont pas la capacité d’accueillir tous les bacheliers. Il fallait donc encourager les initiatives privées dans la création d’université. De son côté, l’Etat doit aussi appuyer les universités privées en leur accordant des subventions.

Toutefois, les cadres n’ont pas trouvé cette autre formule de demander à l’Etat d’agrandir les capacités d’accueil des institutions d’enseignement supérieur du pays,  de contrôler la qualité des universités qui naissent chaque année. Encore moins le personnel qui dispense les cours.

Dans  nos  enquêtes, il s’est avéré très difficile pour avoir une idée sur  le nombre d’étudiants qui fréquente ces 57 universités privées. Ils sont  sans doute nombreux. Des dizaines de milliers ou des centaines  de milliers?.

Pour citer l’un des pionniers dans la création des universités privées en Guinée, l’honorable Dr Ousmane Kaba, « ce sont des commerçants et affairistes qui se lancent dans la création des universités privées, juste pour avoir de l’argent ». Quelle est la formation dispensée dans ces universités et pour  quel régime de contrôle ?.Qui dispense les cours dans ces universités et quelle sorte de formation. Mystère.

Le nouveau Ministre de l’enseignement Supérieur et de la recherche scientifique, Abdoulaye Yéro Baldé a donc un premier chantier qu’il doit défricher pour le bien être de l’enseignement supérieur au pays. Juste un point de vue.

Almamy Kalla CONTE

Laisser un commentaire

commentaire

Laisser un commentaire

*

Copyright © conakryplanete.info - Tous droits réservés Site réalisé par l'agence de communication Web 4DAYS GROUP

Retour en haut de la page