Blatter évoque Sarkozy, Platini et le Qatar 2022 : pour mieux balancer plus tard ? Reviewed by Momizat on . Quand Sepp Blatter vise Sarkozy, c'est Platini qu'il cible. C'est entendu. Ses révélations au sujet d'une intervention de l'ancien président français dans l'att Quand Sepp Blatter vise Sarkozy, c'est Platini qu'il cible. C'est entendu. Ses révélations au sujet d'une intervention de l'ancien président français dans l'att Rating: 0

Blatter évoque Sarkozy, Platini et le Qatar 2022 : pour mieux balancer plus tard ?

fifaQuand Sepp Blatter vise Sarkozy, c’est Platini qu’il cible. C’est entendu. Ses révélations au sujet d’une intervention de l’ancien président français dans l’attribution des Coupes du monde à la Russie et surtout au Qatar ne signifient pas autre chose. Barrer la route, par tous les moyens possibles, de la présidence de la FIFA à l’actuel président de l’UEFA. Tout faire pour que, le moment venu, le témoin passe de Blatter à un blatterien présentable, capable de permettre au président de la FIFA en phase de démission de terminer ses jours en paix.

Les révélations de Blatter à Die Welt, dont la teneur est venue confirmer ce que France Football, dans une enquête bien menée, avait déjà porté à la connaissance du public. Nicolas Sarkozy s’est impliqué personnellement dans la venue du Qatar au PSG, la création de Bein sport et le vote français de Michel Platini en faveur du Qatar pour la Coupe du Monde 2022.

C’est la fameuse histoire du déjeuner organisé à l’Élysée, le 23 novembre 2010, quelques jours avant l’attribution du Mondial 2022 au richissime émirat, par Nicolas Sarkozy. Ce jour-là, l’émir du Qatar, Al-Thani, et son premier ministre, Sébastien Bazin, représentant de Colony Capital, propriétaire du Paris-Saint-Germain, et Michel Platini avaient été conviés par le président pour y causer football et politique.

Ce faisant, si tout cela est vrai, en rappelant le rôle joué par le président de l’époque dans cette attribution, Sepp Blatter tente d’enfermer Platini dans le rôle du Tartuffe de service, qui se plaint de l’ambiance de corruption au plane au-dessus de la FIFA, mais qui ne serait pas blanc-bleu non plus. Blatter n’a pas l’évocation innocente.

3525289_3_f908_le-president-nicolas-sarkozy-et-michel_a88ba126990420784889743498cd7a9d.jpgPour sa part, Platini a toujours récusé les soupçons qui pesaient sur lui : « J’ai reçu un coup de téléphone du président de la République française, qui est mon pays comme tout le monde le sait. En arrivant [à l’Elysée], j’ai rencontré l’émir du Qatar et le premier ministre de l’émirat. Personne ne m’avait informé de leur présence. Nous avons tous dîné ensemble, mais je le répète, tout comme personne ne m’avait dit qu’ils seraient là, jamais le président Sarkozy ne m’a demandé que le Qatar soit le pays hôte du Mondial 2022 ».

Ce qui n’empêche Blatter d’en remettre une petite couche. Et les médias de suivre. Bien joué.

Évoquez, évoquez, il en restera toujours quelque chose… Car Sepp Blatter poursuit nécessairement un but en se livrant à ce délicat petit exercice de suggestions et dénonciations. On se demande si, en en disant un peu, juste ce qu’il faut, Sepp Blatter n’est pas en train d’exercer une amicale pression sur son ancien ami Platini… Histoire de ramener ses ambitions à une dimension plus modeste…

Les déclarations de Blatter, c’est comme dans les films d’Audiard… On évoque, on évoque, et puis un jour, on balance… Ou pas.

Laisser un commentaire

commentaire

Laisser un commentaire

*

Copyright © conakryplanete.info - Tous droits réservés Site réalisé par l'agence de communication Web 4DAYS GROUP

Retour en haut de la page