Déclaration de Bah Oury sur l’inculpation de Dadis Camara : lisez! Reviewed by Momizat on .   [caption id="attachment_2185" align="alignnone" width="699"] OLYMPUS DIGITAL CAMERA[/caption] « Alpha CONDE tire les ficelles judiciaires à des fins poli   [caption id="attachment_2185" align="alignnone" width="699"] OLYMPUS DIGITAL CAMERA[/caption] « Alpha CONDE tire les ficelles judiciaires à des fins poli Rating: 0

Déclaration de Bah Oury sur l’inculpation de Dadis Camara : lisez!

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Alpha CONDE tire les ficelles judiciaires à des fins politiciens
Entre les deux tours des élections présidentielles de 2010, le candidat Alpha CONDE promet à la population de la Guinée – Forestière et notamment aux proches du Capitaine Dadis CAMARA : « Président, je ferai revenir en Guinée votre fils, libre et en sécurité ». Ainsi de février 2010 à fin 2014,il n’y a eu que trois ou quatre inculpations. Ensuite au milieu de 2014, dans une déclaration aux îles Kassa aux larges de Conakry il nie la gravité de la tragédie du 28 septembre 2009 qu’il faut pardonner selon lui et accuse la CPI d’être la justice des blancs.
Pendant plus de quatre années, Alpha CONDE a louvoyé sur ce dossier important pour la Guinée. Excédé et se rendant compte de la duplicité d’Alpha CONDE à son égard, le Capitaine Dadis CAMARA a franchi le Rubicon en se décidant de s’allier à l’UFDG. Pour le régime,c’est un affront de trop. Depuis lors une cascade d’inculpations d’anciens dirigeants du CNDD est annoncée. Il est manifeste que la justice est ainsi instrumentalisée pour servir les intérêts politiciens d’Alpha CONDE. L’actuel ministre de la justice, Cheik SAKO est de ce point de vue le maître d’œuvre et chef d’orchestre de cette manipulation judiciaire.
La gouvernance d’Alpha CONDE est disqualifiée pour assurer une justice indépendante
Les violations des droits de l’homme ont été systématiques depuis l’arrivée d’Alpha CONDE au pouvoir. Au cimetière de Bambeto à Conakry, gisent près de quatre-vingt jeunes personnes victimes de la barbarie de la répression policière. En Guinée-Forestière, les massacres ont été légions : Zogota, Gallayaye, Womé ,Diécké et Nzérékoré. Les assises de Conakry entre décembre 2012- juillet 2013 jugeant l’affaire du 19 juillet 2011, ont montré que la justice est aux ordres pour simplement neutraliser les politiques et les officiers qui inquiètent le régime. Des militaires dont le Général Nouhou THIAM et le Colonel Sadou DIALLO sont emprisonnés depuis plusieurs années sans aucun jugement. Des délinquants accusés d’avoir assassiné Mme Aissatou BOIRO dont Mohamed Junior accuse directement Alpha CONDE d’être la « main noire » qui a créé une milice privée dotée des pleins pouvoirs pour exécuter les basses besognes à caractère criminelle et crapuleux pour son compte. Dans ce contexte d’institutions judiciaires faillis, il n’est pas possible d’organiser un procès équitable pour juger une si grave affaire car les principes de séparation des pouvoirs et d’indépendance de la justice font défaut.
L’élection présidentielle prévue le 11 octobre 2015 parasite l’échéancier d’un procès pourtant historique pour la Guinée. Comme le tribunal de Dakar, chargé de juger Hisséne HABRE, un tribunal compétent et doté de compétences et d’expertises internationales est une nécessité impérieuse pour juger l’affaire du massacre du 28 septembre 2009. C’est la seule voie d’assurer le respect des engagements pris par la communauté internationale à l’égard des victimes. Laisser le régime guinéen agir à sa guise dans ce dossier sensible, ruinera inéluctablement les chances de la Guinée de s’engager dans la voie de la vérité, de la justice et de la réconciliation nationale. »
BAH Oury
Président du comité d’organisation de la manifestation du 28 septembre 2009
Ancien Ministre de la Réconciliation Nationale

Laisser un commentaire

commentaire

Laisser un commentaire

*

Copyright © conakryplanete.info - Tous droits réservés Site réalisé par l'agence de communication Web 4DAYS GROUP

Retour en haut de la page