DISPARITION DE CHERIF DIALLO : La police explique l’avancé des enquêtes Reviewed by Momizat on . La pression grandissant autour de la disparition de notre confrère, Chérif Diallo, d’Espace TV, les choses commencent à bouger et les langues se délient à l’occ La pression grandissant autour de la disparition de notre confrère, Chérif Diallo, d’Espace TV, les choses commencent à bouger et les langues se délient à l’occ Rating: 0

DISPARITION DE CHERIF DIALLO : La police explique l’avancé des enquêtes

kasseLa pression grandissant autour de la disparition de notre confrère, Chérif Diallo, d’Espace TV, les choses commencent à bouger et les langues se délient à l’occasion. C’est ainsi que le porte-parole de la police, le commissaire Boubacar Kassé, a convoqué ce mercredi un point de presse pour faire l’état des enquêtes. A l’occasion, il a mis à la disposition de l’opinion les maigres pistes que les services de sécurité seraient en train d’explorer. Rien qui incite à l’espoir. Mais ce sont tout de même les premières pistes depuis qu’on est sans nouvelles de Chérif Diallo.

Selon Boubacar Kassé, au lendemain de la disparition de notre confrère, la police, informée, s’est transportée à l’Université René Levesque où il a été vu la dernière fois. Une fois sur place, elle a appris que le 23 juillet, il y a eu une petite altercation entre Cherif Diallo et un certain Abdoulaye Diallo, avec qui il avait un projet de studio qu’ils se promettaient d’installer dans l’enceinte de cette université dont la tante de notre confrère est fondatrice. Au tout dernier moment, il y a un couac au sujet de la part devant revenir à chacun des associés, au prorata de son apport. Chérif Diallo aurait souhaité que ce soit du 50/50. Abdoulaye Diallo, estimant sans doute qu’il avait davantage contribué, aurait rétorqué que ce serait plutôt du 70/30 en sa faveur. Niet, aurait persisté Chérif.

Un terrain d’entente n’étant pas trouvé, Abdoulaye Diallo se serait tout de suite mis à démonter son matériel. Il en a transporté un premier lot, se promettant de venir chercher le reste le lendemain. Sur ce, lui et son technicien se sont installés à bord du véhicule qui devait transporter le matériel. Chérif, pour sa part, a démarré sa moto. C’est le lendemain, quand son ami est venu chercher le reste du matériel et que les responsables de l’université se sont opposés, on a cherché à le joindre via ses différents numéros de téléphone. Mais aucun n’est passé. Depuis, on le cherche en vain

Cependant, selon le commissaire Boubacar Kassé, la police aurait par la suite reçu d’Espace FM un signalement de Chérif à Koba, dans la préfecture de Boffa. Nos confrères auraient même fourni à la police deux numéros qui pouvaient permettre d’entrer en contact avec le journaliste. Un de ces numéros n’est pas passé. Le second aurait donné accès à un type qui aurait effectivement reconnu la présence de Chérif dans la localité. Mais arguant que ce dernier venait de sortir, il a demandé que l’on rappelle dans quarante minutes. Sauf qu’à l’expiration de ce nouveau délai, quand la police a appelé, c’est un autre qui a pris l’appel. Estimant être le grand frère à celui qui avait préalablement répondu, il a également reconnu que Chérif Diallo était effectivement à Koba, mais qu’il en serait parti pour une destination que l’interlocuteur dit ignorer.

Nos confrères d’Espace FM auraient par la suite donné un troisième numéro. Mais celui qui a pris l’appel a dit ne pas être informé de la présence de notre confrère à Koba. Regrettant le fait d’être alité des suites d’un accident de circulation, il a précisé qu’en temps normal, il est informé de tous ceux qui entrent et sortent de la localité.

ledjely.com

Laisser un commentaire

commentaire

Laisser un commentaire

*

Copyright © conakryplanete.info - Tous droits réservés Site réalisé par l'agence de communication Web 4DAYS GROUP

Retour en haut de la page